Stress, anxiété et prise de poids chez les pré-adolescents

17 Mar 2022 AFC Actus Santé

La péripuberté, période de transition entre l’enfance et l’adolescence, implique des changements de développement à la fois dans les tissus adipeux et dans le cerveau. Tous deux peuvent être exposés à une reprogrammation due à une exposition au stress, ce qui peut amener à un changement durable sur la taille et la composition des cellules adipeuses et des comportements sociaux. Dans une nouvelle étude, réalisée sur modèle animal, publiée dans Science Advances, des scientifiques dirigés par la professeure Carmen Sandi de l'EPFL, ont découvert que le stress pendant cette période entraîne des changements durables sur la vie de l’individu.

Stress, prise de poids, et sociabilité

Dans cette nouvelle étude, l’équipe de chercheurs a voulu savoir si les altérations des tissus adipeux, induites par le stress, pouvaient être responsables de changements dans le cerveau qui provoqueraient des altérations du comportement social de manière prolongée. 

Pour étudier le stress péripubertaire, les chercheurs se sont tournés vers des souris, d'âge péripubertaire, et les ont exposées à un stress chronique et imprévisible. Une étude de leur composition corporelle a révélé une augmentation globale de la masse graisseuse.

Une fois arrivées à l'âge adulte, les souris ont été testées sur des tâches sociales. Les souris mâles ont montré une diminution de leur sociabilité tout au long de leur vie à mesure que leur tissu adipeux augmentait, mais, les souris femelles n'ont pas montré cet effet. 

Le groupe de chercheur étudiera à l'avenir s'il existe ou non une différence liée au sexe dans d'autres adaptations psychobiologiques

Stress et baisse des enzymes

Les chercheurs ont constaté que les souris qui avaient été stressées à l'âge péripubertaire présentaient une baisse de la quantité d’enzymes dans les cellules adipeuses et, par conséquent, dans leur sang à l'âge adulte par rapport aux souris non stressées.

En examinant le noyau accumbens (une région du cerveau qui régule les comportements motivés ) des souris socialement déficientes et des souris saines, les chercheurs ont identifié des niveaux d’enzymes plus faibles et dont une enzyme qui régule l'expression du stress.

Il est désormais question pour ces chercheurs de mettre en avant une possibilité d’amélioration grâce à des boosters d’enzymes, mais la professeure Carmen Sandi préfère rester prudente « Nous ne disons pas que les enfants ou les adolescents stressés doivent prendre des enzymes ; il sera important d'analyser d'abord s'ils ont des niveaux plasmatiques réduits, et de réaliser des études ciblées pour voir l'efficacité de cette approche pour les populations plus jeunes. Ainsi, ce qui est logique, c'est de rétablir les faibles niveaux métaboliques, et non de traiter tout le monde de la même manière s'il n'y a pas de raison biologique."

Dans le cadre de la prise en charge de l'adolescent, conformément à leur approche globale de la santé, le chiropracteur s'intéresse à tous les facteurs de risque de troubles musculosquelettiques, parmi lesquels le stress et le poids


Articles similaires

Derniers articles

Une nouvelle étude suggère que le suivi hebdomadaire par SMS pourrait aider à la gestion du mal de dos

Un régime alimentaire contenant plus de gras de poisson limiterait l’intensité et la fréquence des migraines

Le son et la stimulation électrique du corps pourraient être utilisés pour traiter la douleur chronique

Catégories

Archives


Réalisation & référencement Simplébo

Connexion