Conditions de travail et lombalgie : quelle incidence ?


Les causes psychosociales des douleurs lombaires sont de mieux en mieux documentées. Parue dans l’American journal of industrial medicineune nouvelle étude met en exergue les facteurs de risques psychosociaux au travail et leur incidence sur la lombalgie

Des conditions de travail dégradées augmenteraient le risque de lombalgie

L'examen des facteurs de risque psychosociaux du mal de dos sur le lieu de travail devient de plus en plus important en raison de l'évolution de la nature du travail et de l'augmentation des coûts des soins de santé. Certains facteurs de risque psychosociaux du mal de dos, tels que le déséquilibre entre le travail et la famille, l'exposition à un environnement de travail hostile et l'insécurité de l'emploi, n’étaient jusqu’à présent pas suffisamment étudiés pour la population active des États-Unis.

Les données utilisées dans cette étude proviennent d’une enquête américaine sur la qualité de vie au travail (Quality of Work Life survey). Les données des enquêtes QWL de 2002, 2006, 2010, 2014 et 2018 ont été utilisées dans ces analyses, ce qui donne un échantillon total de 6661 personnes.

Des associations significatives ont été trouvées entre le mal de dos et plusieurs facteurs psychosociaux, notamment le stress au travail, le déséquilibre travail/vie personnelle, le harcèlement, et la discrimination.

Cette étude contribue à la compréhension de la relation entre une variété de facteurs psychosociaux sur le lieu de travail et les maux de dos.

Le chiropracteur, un professionnel formé à l’approche biopsychosociale de la douleur

L'approche biopsychosociale de la douleur considère la douleur comme le résultat de l'interaction complexe entre les facteurs biologiques, psychologiques et sociaux.

Les facteurs biologiques de la douleur font référence aux processus physiologiques sous-jacents qui contribuent à la perception et à la transmission de la douleur. Les facteurs psychologiques comprennent les émotions, les pensées, les croyances et les attitudes envers la douleur. Les facteurs sociaux incluent l'influence de la culture, de l'environnement et des relations sociales sur la perception et la gestion de la douleur.

L'approche biopsychosociale met l'accent sur l'importance de comprendre l'expérience unique de la douleur de chaque individu et de prendre en compte tous les aspects de sa vie qui peuvent influencer sa douleur. Cette approche considère que la douleur ne peut pas être comprise et traitée uniquement en se concentrant sur les aspects biologiques, mais qu'il est nécessaire de prendre en compte les aspects psychologiques et sociaux de la douleur.

Cette approche a conduit à l'évolution de la gestion de la douleur, en passant d'une approche centrée sur les médicaments à une approche plus holistique, au cœur de la pratique du chiropracteur.  

En considérant la douleur comme un phénomène multidimensionnel, l'approche biopsychosociale peut améliorer la qualité de vie des personnes souffrant de douleur chronique en leur offrant une approche de traitement plus complète et personnalisée.


Articles similaires

Derniers articles

Une étude internationale confirme le lien bénéfique entre exercice régulier et santé cérébrale

Douleur référée ou projetée : quand je n’ai rien là où j’ai mal…

Une nuit de mauvaise qualité augmenterait le risque de migraine le lendemain

Catégories


Réalisation & référencement Simplébo

Connexion