La fibromyalgie pourrait aggraver la dépendance aux opiacés


La fibromyalgie, c’est plus d’une centaine de symptômes gênants pour certains, handicapants pour d’autre. Principalement marquée par des douleurs musculosquelettiques localisées partout le long de la colonne vertébrale, au niveau des articulations et dans les membres, la fatigue et les troubles du sommeil, la fibromyalgie peut entraîner des symptôme aussi divers que des acouphènes, des allergies, des troubles intestinaux ou même sexuels. De nouvelles données indiquent que la fibromyalgie et la douleur chronique qui lui est associée pourraient aggraver les troubles liés à la consommation d'opiacés. Des chercheurs de l'Ohio State University Wexner Medical Center, College of Medicine et de l'Université du Michigan font état de leurs conclusions dans PAIN, le journal officiel de l'Association internationale pour l'étude de la douleur.

Un lien entre fibromyalgie et opiacés précédemment questionné

Les scientifiques soupçonnent depuis longtemps l'existence d'un lien entre les troubles liés à la consommation d'opiacés et la douleur chronique. De nombreuses personnes utilisent d'abord des opiacés pour traiter la douleur. La douleur chronique a été liée à l'aggravation du trouble obsessionnel-compulsif et même à la rechute chez les personnes qui se remettent d'une dépendance aux opiacés. Cependant, les chercheurs ne savaient pas si toutes les douleurs avaient le même effet sur la dépendance aux opiacés ou si certains diagnostics de douleur pouvaient avoir un impact beaucoup plus important. Des impacts différents pourraient conduire à des traitements plus ciblés pour les personnes souffrant de douleur et de toxicomanie.

Les symptômes de la fibromyalgie comprennent des douleurs corporelles généralisées, une fatigue extrême et des difficultés à penser et à dormir. On pense que cette maladie implique des signaux de douleur anormalement forts dans le cerveau.


"Bon nombre des voies cérébrales et des substances chimiques que l'on croit impliquées dans la fibromyalgie le sont également dans la dépendance aux opiacés. Ce chevauchement nous a fait soupçonner que la fibromyalgie pouvait aggraver la dépendance aux opiacés. Il s'agit en quelque sorte d'une hypothèse à double tranchant", explique le Dr O. Trent Hall, auteur principal et médecin spécialiste de la toxicomanie au département de psychiatrie et de santé comportementale de l'État de l'Ohio.

Une étude basée sur les douleurs et l’addiction aux opiacés

L'équipe de recherche a interrogé 125 personnes souffrant de douleur et de toxicomanie, dont 39 (31 %) répondaient aux critères de la fibromyalgie. Bien que tous les participants aient souffert de douleurs et de toxicomanie, ceux atteints de fibromyalgie étaient beaucoup plus susceptibles de dire que la douleur avait aggravé leur dépendance.


Plus précisément, les personnes atteintes de fibromyalgie ont plus souvent admis que la douleur les incitait à poursuivre et à augmenter leur consommation d'opiacés, et qu'elles repoussaient le moment de demander de l'aide de peur que leur douleur ne devienne insupportable si elles cessaient de prendre des opiacés.

"Il s'agit là de résultats sérieux. Les inquiétudes liées à la douleur peuvent inciter les personnes atteintes de fibromyalgie et de toxicomanie à retarder le traitement de leur dépendance. Dans le contexte actuel de crise des overdoses, chaque jour où une personne repousse le traitement de la toxicomanie pourrait être le dernier jour de sa vie", a déclaré le Dr Julie Teater, co-auteur de l'étude et directrice médicale de la médecine des addictions au centre médical Wexner de l'État de l'Ohio.


Les chercheurs ont également constaté que la fibromyalgie était associée à une plus grande probabilité de craindre que la douleur ne provoque une rechute à l'avenir.


"Il existe des moyens d'aider les personnes atteintes de fibromyalgie. Il est possible que les enseignements tirés des années d'étude de la fibromyalgie servent un jour à élaborer de nouveaux traitements pour la douleur chronique et la toxicomanie. D'autres recherches sont nécessaires. Ce n'est qu'un début", a déclaré l'auteur principal, le Dr Daniel J. Clauw, directeur du Chronic Pain and Fatigue Research Center de l'université du Michigan.


M. Hall a donné son avis d'expert sur la crise des opiacés à Lumanity et Emergent BioSolutions. Clauw a témoigné dans des procès intentés par des États contre des fabricants d'opiacés pour leur rôle dans la crise des overdoses d'opiacés. Les autres auteurs ne font état d'aucun conflit d'intérêt pertinent.

Fibromyalgie et chiropraxie

De nombreuses techniques non médicamenteuses sont également susceptibles de soulager les malades : rééducation physique, thérapie cognitive et relaxation sont souvent utilisées de concert.

Parmi ces méthodes et thérapies non-invasives, la chiropraxie est appelée à prendre toute sa place. En effet, selon une étude parue dans Rheumatology International en 2015, associée aux méthodes habituelles, les manipulations cervicales permettent à moyen et long terme d’améliorer significativement la qualité de vie des malades, mesurée par différents questionnaires et échelles reconnus scientifiquement.


Articles similaires

Derniers articles

L’AFC poursuit son investissement pour la recherche jusqu’en 2028 !

Les recherches sur les thérapies manuelles attirent de plus en plus les chercheurs !

Des gestes simples à réaliser quotidiennement pour soulager vos douleurs de dos !

Catégories


Réalisation & référencement Simplébo

Connexion