Lombalgie : les institutions de santé mobilisées


Lombalgie : les institutions de santé mobilisées

Mal de dos : le bon traitement, c’est le mouvement. L’idée fait son chemin. Un an après la première campagne de l’Assurance maladie, conforme aux recommandations sanitaires, les Français ne sont plus que 45 % à considérer que le principal remède est le repos. Ils étaient 68 % en 2017. Poursuivre le travail de déconstruction des idées reçues en encourageant les personnes qui souffrent du dos à continuer à vivre normalement : tel est l’objectif de la deuxième édition de la campagne. La sortie de cette dernière coïncide avec la publication des recommandations de la Haute autorité de santé sur la prise en charge du patient présentant une lombalgie commune. La lombalgie aiguë commune est une pathologie très fréquente dont le pronostic est le plus souvent favorable. Pourtant, 7 % de ces lombalgies deviennent chroniques. En cas de risque de chronicité, il est utile d’envisager une prise en charge pluridisciplinaire comme l’indique la HAS.

L’AFC salue ces initiatives et relève que, sans citer la chiropraxie, la HAS recommande les manipulations et mobilisations comme traitement de deuxième intention. Rappelons qu’une récente étude, publiée dans le Jama, établit qu’associé aux soins médicaux courants (médicaments et kinésithérapie), le traitement chiropratique permet une amélioration de la condition des patients supérieure à celle observée chez ceux recevant les seuls soins courants. 


Articles similaires

Derniers articles

Une étude internationale confirme le lien bénéfique entre exercice régulier et santé cérébrale

Douleur référée ou projetée : quand je n’ai rien là où j’ai mal…

Une nuit de mauvaise qualité augmenterait le risque de migraine le lendemain

Catégories


Réalisation & référencement Simplébo

Connexion