Lombalgie, cervicalgie : les opioïdes ne sont pas plus efficaces qu'un placebo alertent des chercheurs dans The Lancet


Les médicaments opioïdes pour soulager la douleur ne sont pas plus efficaces qu'un placebo pour soulager les douleurs dorsales et cervicales aiguës et peuvent même être nocifs, selon un essai mené en première mondiale par l'Université de Sydney, publié dans The Lancet en juin 2023.

Les analgésiques opioïdes ne sont pas plus efficaces qu'un placebo pour soulager les douleurs dorsales et cervicales aiguës et peuvent même être nocifs, selon un essai mené en première mondiale par l'université de Sydney.

Selon les chercheurs, il s'agit là d'une preuve que les directives thérapeutiques devraient être mises à jour pour déconseiller l'utilisation d'opioïdes à cette fin.

Plus de 577 millions de personnes dans le monde souffrent de lombalgies et de cervicalgies à tout moment. Malgré les efforts déployés à l'échelle mondiale pour réduire l'utilisation des opioïdes, en Australie, environ 40 à 70 % des personnes souffrant de douleurs cervicales et dorsales se voient prescrire des opioïdes pour soulager leur douleur.

L'étude OPAL a recruté près de 350 participants dans 157 centres de soins primaires et services d'urgence. Les participants souffrant de douleurs aiguës - c'est-à-dire soudaines et généralement de courte durée - au niveau du dos ou du cou ont été répartis au hasard entre un traitement de six semaines par un opioïde couramment prescrit et un placebo.

Les deux groupes ont également reçu des soins standard, notamment des conseils pour éviter le repos au lit et rester actif. Les participants ont été suivis pendant 52 semaines.

Les résultats de l'essai sont publiés aujourd'hui dans The Lancet.

Que constate l'étude ?

Au bout de six semaines, les personnes ayant reçu des opioïdes n'ont pas obtenu un meilleur soulagement de la douleur que celles ayant reçu un placebo. La qualité de vie et l'évolution de la douleur lors du suivi à long terme étaient meilleures dans le groupe placebo.

Les patients ayant reçu des opioïdes présentaient un risque faible mais significativement plus élevé de mésusage d'opioïdes 12 mois après leur courte cure de médicaments.

L'équipe de recherche indique que selon les directives actuelles sur les douleurs dorsales et cervicales, les opioïdes peuvent être envisagés en dernier recours si toutes les autres options pharmacologiques ont échoué, mais que cette étude prouve que les opioïdes ne devraient pas être recommandés du tout.

"Nous avons clairement montré qu'il n'y a aucun avantage à prescrire un opioïde pour le traitement de la douleur chez les personnes souffrant de douleurs dorsales ou cervicales aiguës, et qu'en fait, cela pourrait être néfaste à long terme, même avec un traitement de courte durée", a déclaré l'investigatrice principale, le professeur Christine Lin, de Sydney Musculoskeletal Health, une initiative de l'université de Sydney, du district de santé local de Sydney et du district de santé local du nord de Sydney. Les opioïdes ne devraient pas être recommandés pour les douleurs dorsales et cervicales aiguës. Même lorsque d'autres traitements médicamenteux ne peuvent pas être prescrits ou n'ont pas été efficaces pour le patient ».

L'étude complète des recherches antérieures sur l'utilisation des opioïdes pour les lombalgies chroniques (à long terme), qui ont révélé un léger avantage pour le traitement, mais un risque accru d'effets nocifs.

Un effort mondial pour réduire la consommation d'opioïdes

La réduction de la surconsommation d'opioïdes est une priorité sanitaire mondiale. Les autorités médicales du monde entier ont rappelé qu'en raison du risque important de dommages pour les individus et la société, les opioïdes ne devraient être utilisés que lorsqu'il est prouvé que les avantages l'emportent sur les inconvénients.

Le professeur Chris Maher, coauteur de l'étude, a déclaré qu'au cours des dernières années, les traitements de la lombalgie par les opioïdes ont été remplacés par des traitements non opioïdes, l'accent étant mis sur les thérapies physiques et psychologiques et sur les analgésiques simples tels que les anti-inflammatoires (appelés AINS).

"Cette étude est une preuve supplémentaire que la prise en charge de première ligne de la lombalgie et de la cervicalgie aiguës doit reposer sur le réconfort et le conseil de rester actif, et sur des analgésiques simples comme les anti-inflammatoires non stéroïdiens si nécessaire", a déclaré le professeur Maher, également de l'Institut de santé musculo-squelettique de Sydney.

Les dommages causés par les opioïdes

Le professeur Andrew McLachlan, doyen de l'école de pharmacie de Sydney et co-investigateur, a déclaré que l'étude du Lancet était importante et devrait influencer la prescription et la délivrance de ces médicaments, alors que l'Australie est confrontée à des taux croissants de consommation d'opioïdes.

Selon la Therapeutic Goods Administration australienne, chaque jour en Australie, près de 150 hospitalisations et 14 admissions aux urgences sont liées à l'utilisation d'opioïdes, et trois personnes meurent des conséquences néfastes de l'utilisation d'opioïdes sur ordonnance.

"Les effets nocifs possibles des opioïdes sont bien connus. Ils vont d'effets mineurs tels que la constipation et la somnolence à des effets majeurs tels que la dépendance, l'accoutumance, l'overdose et même la mort involontaire", a déclaré le professeur McLachlan. Les résultats de l'étude OPAL renforcent encore la nécessité de réévaluer l'utilisation des analgésiques opioïdes, car les preuves de leur utilité sont limitées et le risque d'effets nocifs importants est connu".

Les auteurs notent certaines limites de l'étude, notamment des lacunes dans les données en raison de l'attrition des participants et des problèmes d'observance des traitements, comme dans d'autres essais de médicaments contre les douleurs dorsales. Ils suggèrent que ni l'un ni l'autre ne sont susceptibles d'avoir eu un impact sur les principaux résultats de l'étude.

L'essai est le fruit d'une collaboration entre l'Université de Sydney, l'Institut George pour la santé mondiale, l'UNSW, l'hôpital St Vincent de Sydney, le district local de santé de Sydney et le centre médical de l'Université Erasmus aux Pays-Bas.

La chiropraxie, une alternative efficace aux traitements médicamenteux pour les soins des lombalgies et des cervicalgies

Avec constance, la recherche établit une corrélation très nette entre la dispensation de soins chiropratiques et la diminution de la consommation de médicaments opiacés. 

Publiée en 2022, l’étude menée par Peter C. Emary et al. se penchait sur l'association entre les soins chiropratiques et la prescription d'opioïdes pour les douleurs non cancéreuses au niveau du dos dans un centre de santé communautaire canadien. L'analyse a révélé que les patients ayant reçu des soins chiropratiques étaient moins susceptibles de se voir prescrire des opioïdes par rapport à ceux qui n'avaient pas reçu ces soins. Ces résultats suggèrent que les soins chiropratiques pourraient jouer un rôle dans la réduction de la dépendance aux opioïdes pour le traitement des douleurs au dos non cancéreuses. Cette étude met en évidence l'importance des approches alternatives telles que les soins chiropratiques pour une gestion plus sûre et efficace de la douleur sans recourir aux opioïdes.

Ces résultats confortent ceux d’une étude de 2020, menée par James M. Whedon et al. qui examinait l'impact des soins chiropratiques sur l'utilisation d'opioïdes sur des patients souffrant de douleurs au niveau du dos. Les résultats ont montré que les patients recevant des soins chiropratiques avaient une réduction significative de l'utilisation d'opioïdes par rapport à ceux n'ayant pas reçu ces soins. 


Articles similaires

Derniers articles

Les femmes davantage touchées par les troubles musculo-squelettiques et les lombalgies selon The Lancet

Les thérapies manuelles plus efficaces à long terme qu’une prise en charge médicamenteuse pour la douleur cervicale selon une étude

Jardiner en prenant soin de son dos

Catégories


Création et référencement du site par Simplébo

Connexion