Nutrition chez l’enfant : les effets durables d’une alimentation déséquilibrée

Actus Santé
Nutrition chez l’enfant : les effets durables d’une alimentation déséquilibrée

Manger trop de matières grasses et de sucre en tant qu'enfant peut altérer votre microbiome à vie, même si vous apprenez plus tard à manger plus sainement, suggère une nouvelle étude chez la souris.

Publiée dans le Journal of Experimental Biology .en janvier, cette étude de l’Université de Californie est l'une des premières à montrer une diminution significative du nombre et de la diversité des bactéries intestinales chez les souris adultes nourries avec une alimentation déséquilibrée alors qu’elles étaient petites.

 

Le microbiome fait référence à toutes les bactéries ainsi qu'aux champignons, parasites et virus qui vivent sur et à l'intérieur d'un être humain ou animal. La plupart de ces micro-organismes se trouvent dans les intestins, et la plupart d'entre eux sont utiles, stimulant le système immunitaire, décomposant les aliments et aidant à synthétiser les vitamines clés.

 

Dans un corps sain, il existe un équilibre entre les organismes pathogènes et bénéfiques. Cependant, si l'équilibre est perturbé, que ce soit par l'utilisation d'antibiotiques, une maladie ou une alimentation déséquilibrée, le corps peut devenir vulnérable aux maladies.

 

Dans cette étude, les chercheurs ont recherché les impacts sur le microbiome après avoir divisé ses souris en quatre groupes : la moitié a consommé un régime équilibré, l'autre moitié un régime riche en graisses et en sucre. Dans chacun des groupes, la moitié des souris avait accès à une roue pour faire de l'exercice et, l’autre moitié n’en avait pas.

 

Après trois semaines, toutes les souris ont été renvoyées à un régime standard et sans exercice, ce qui est normalement la façon dont les souris sont conservées dans un laboratoire. À la fin des 14 semaines, l'équipe a examiné la diversité et l'abondance des bactéries chez les animaux.

 

Ils ont constaté que la quantité de bactéries telles que Muribaculum intestinale était considérablement réduite dans le groupe à l’alimentation déséquilibrée. Ce type de bactérie est impliqué dans l’assimilation des glucides.

L'analyse a également montré que les bactéries intestinales sont sensibles à la quantité d'exercice que font les souris. Les bactéries Muribaculum ont augmenté chez les souris nourries avec un régime équilibré qui avaient accès à une roue de course et ont diminué chez les souris soumises à un régime riche en graisses, qu'elles fassent de l'exercice ou non.

 

Les chercheurs pensent que cette espèce de bactérie pourraient influencer le niveau d'énergie disponible. Les recherches se poursuivent sur d'autres fonctions que ce type de bactéries pourrait avoir.

 

Un autre effet à noter a été l'augmentation d'une espèce bactérienne très similaire qui s'est enrichie après cinq semaines d'entraînement sur tapis roulant dans une étude menée par d'autres chercheurs, suggérant que l'exercice seul peut augmenter sa présence.

 

Dans l'ensemble, les chercheurs ont constaté qu’un régime alimentaire trop gras et trop sucré au début de la vie avait des effets plus durables sur le microbiome que l'exercice au début de la vie.

 

L’équipe de chercheurs aimerait répéter cette expérience et multiplier les prélèvements d’échantillons de sorte à mieux comprendre quand les changements dans les microbiomes de souris apparaissent pour la première fois et s’ils se prolongent encore plus tard dans la vie.

 

« Vous n’êtes pas seulement ce que vous mangez… vous êtes ce que vous mangiez enfant », commente l’un des chercheurs qui émettent l’hypothèse que le même type de réaction puisse se retrouver chez l’homme.

Le saviez-vous ? Votre chiropracteur peut accompagner la croissance harmonieuse et en santé de vos enfants. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à consulter notre rubrique sur la prise en charge chiropratique de l’enfant et de l’adolescent.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion